Je suis heureuse I am happy

Je suis heureuse

…quand tu me parles tout bas,
Que tu me serres dans tes bras,
Déposant sur ma joue,
Un baiser très doux.

…quand le jour se lève,
Que tu me sors de mes rêves,
Laissant courir tes lèvres,
Sur mon corps en fièvre.

…Quand tu prends ma main,
Me facilitant le chemin,
Vers cet avenir incertain,
Où nous serons demain.

…Quand tu me berces,
Que tes yeux transpercent,
Mon âme devenue solitaire,
Sauvée par ces vulnéraires.

…Quand tu me dis,
Que je suis ta vie,
Que ton seul répit,
Est, quand je souris.

I am happy

… when you speak to me in a low voice,
That you hold me in your arms,
Depositing on my cheek,
A very sweet kiss.

… when the day rises,
That you put me out of my dreams,
Letting your lips run,
On my body in fever.

… When you take my hand,
Facilitating the way,
Towards this uncertain future,
Where we will be tomorrow.

… When you rock me,
Let your eyes pierce,
My soul having become solitary,
Saved by these ferns.

… When you tell me,
That I am your life,
May your only respite,
Is, when I smile.

Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL

Je cherche les mots I’m looking for the words

Pour la journée mondiale de la poésie – For the World Day of Poetry

Je regarde les flots
Cherchant soudain mes mots.
Je me surprends à rêvasser
A ce lointain passé.

Apparaît soudain une douleur
Tout au fond de mon cœur,
Puis ces moments merveilleux
Où tout n’était que jeux.

Ce couple de tourterelles,
Si fragiles, si belles,
Se sont retrouvées pour le printemps
Et me bercent de leur chant.

Surgis soudain des flots,
Je retrouve les mots,
Ceux qui m’inondent de bonheur ;
Au plus fort de mes peurs.

I’m looking for the words

I watch the waves
Suddenly searching for my words.
I find myself dreaming
To this distant past.

Suddenly appears a pain
In the depths of my heart,
Then these wonderful moments
Where everything was only games.

This couple of turtledoves,
So fragile, so beautiful,
Found themselves for spring
And lull me with their song.

Suddenly emerging from the waves,
I find the words,
Those who inundate me with happiness;
At the stronger of my fears.

Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL

En ce monde mystérieux In this mysterious world

En ce monde mystérieux 2

Là, sous les nuages,
Les cheveux au vent
Je rêve et envisage
D’autres agréables moments.

Là, sous les étoiles,
Avec le cœur battant
J’écarte le voile
Pour écouter ce chant.

Là, dans mes silences,
Dans ces moments heureux,
Je sens ta présence
En ce monde mystérieux.

Là, sous l’ombre naissante,
Reviennent mes tendres souvenirs,
Ces mots qui chantent
Au détour d’un sourire.

Là, sur la plage,
Marchant sur la grève,
Je vois ton visage,
Comme dans mes rêves.

In this mysterious world

There, under the clouds,
Hair in the wind
I dream and consider
Other pleasant moments.

There, under the stars,
With the beating heart
I dismiss the veil
To listen to this song.

There, in my silences,
In these happy moments,
I feel your presence
In this mysterious world.

There, under the incipient shadow,
Come back my tender memories,
These words that sing
At the turn of a smile.

There, on the beach,
Walking on the beach,
I see your face,
Like in my dreams.
Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL

Je t’aime à travers cette photo I love you through this photo

En regardant ton doux visage sur cette photo
Se réveille soudain toute cette douleur
Un moment éphémère où je ne trouve plus les mots
Une impuissance qui s’enfuit avec mes peurs.

Alors, dans cette photo,
Je trouve le souffle pour avancer,
Sentiment et sourire, à ma vie de château,
Moment privilégié pour rêver.

J’aime à travers cette photo.
Même si cela semble paradoxal et fait sourire,
Je sais qu’un jour nouveau,
Je vivrai autre chose que de simples souvenirs.

Quand je la regarde,
C’est avec les yeux de l’amour.
Si je n’y prends garde,
Je rêvasserai jusqu’au petit jour.

I love you through this photo

Looking at your sweet face on this photo
Suddenly awakens all this pain
An ephemeral moment when I can not find the words
An impotence that runs away with my fears.

So in this photo,
I find the breath to move forward,
Feeling and smiling, to my life of castle,
Moment privileged to dream.

I love through this picture.
Even if it sounds paradoxical and makes you smile,
I know that a new day,
I will live more than mere memories.

When I look at it,
It’s with the eyes of love.
If I am not careful,
I will daydream until dawn

Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL

Je t’ai ouvert mon cœur I opened to you my heart

Je me suis assise bien tranquillement
Et j’ai contemplé la mer
Laissant enfin tomber doucement
Le voile de ma précédente misère.

Hormis le bruit des vagues échouées,
S’écrasant d’un rythme régulier sur la plage,
Rien ne vient troubler,
Cet horizon chargé d’un heureux présage.

C’est ici que j’ai soulagé mes peines,
Tourné le dos à mon passé,
Ouvert mon cœur à celui que j’aime,
Et oublié ceux qui m’ont bafouée.

Je me suis assise bien tranquillement
Me suis imprégnée de cette atmosphère
Heureuse dans cet épanouissement
Que cet amour me confère.

I opened to you my heart

I sat very quietly
And I contemplated the sea
Finally letting fall
The veil of my previous misery.

Aside from the sound of waves stranded,
Crashing a steady rhythm on the beach,
Nothing comes to disturb,
This horizon loaded with a happy omen.

It is here that I have relieved my sorrows,
Turned back to my past,
Open my heart to the one I love,
And forgotten those who flouted me.

I sat very quietly
I am imbued with this atmosphere
Happy in this fulfillment
May this love gives me.

Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL

Je parle d’amour allègrement I speak of love cheerfully

Dans ces premiers jours de printemps,
Dans ces paysages que j’aime tant,
Je parle d’amour allègrement,
Et laisse libre cours à mes sentiments.

Où dans cet espace infiniment grand,
Baignée par la lueur de ce soleil ardent,
Je laisse aux souvenirs, chaque instant,
De ma vie, de cet instant présent.

Jusqu’à sentir ce doux frémissement,
Qui s’empare de moi complètement,
Jusqu’à serrer mes bâtons fortement,
Pour ne pas quitter la réalité du moment.

Si un jour je cessais de penser à toi,
C’est que j’aurais quitté cette terre,
Pour préparer là-haut, notre nouveau toit,
Où nous abriterons, notre amour et nos prières.

I speak of love cheerfully

In those early days of spring,
In these landscapes that I love so much,
I speak of love cheerfully,
And give free rein to my feelings.

Where in this infinitely large space,
Bathed by the glow of this burning sun,
I leave to memories, every moment,
Of my life, this moment.

Until to feel this gentle shudder,
Who takes hold of me completely,
Tightening my sticks tightly,
Not to leave the reality of the moment.

If one day I stopped thinking about you,
It is because I should have left this land,
To prepare up there, our new roof,
Where we will shelter, our love and our prayers.

Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL

Sur le sentier des douaniers On the customs path

Le long de ces sentiers escarpés
J’avance d’un pas assuré.
J’écoute les vagues se fracasser,
Le long des rochers.

Dans ce bruit assourdissant
Je retrouve ces parfums d’antan.
Mon cœur se serre un instant.
Je suis seule maintenant.

Sur ces sentiers escarpés,
J’avais cru te sentir à mes côtés.
Dans ce doux rêve éveillé,
Je t’avais imaginé,

Et pensé si fortement,
Qu’il m’avait semblé un instant,
Sentir ces baisers ardents,
Qui m’irradiaient longuement.

Sur ces sentiers escarpés,
Toute vie a déserté.
Les goélands dans leur ronde effrénée
Semblent soudain me saluer.

De mes yeux fatigués,
Les larmes ont fini par couler,
Sans jamais s’arrêter
Dans les petites plissures, de ce visage ridé.

On the customs path

Along these steep trails
I walk with confidence.
I listen to the waves crashing,
Along the rocks.

In this deafening noise
I find these perfumes of yesteryear.
My heart tightens for a moment.
I’m alone now.

On these steep paths,
I thought you were at my side.
In this sweet waking dream,
I imagined you,

And thought so strongly,
That he seemed to me for a moment,
To feel these fiery kisses,
They were irradiating me for a long time.

On these steep paths,
All life has deserted.
The gulls in their unrestrained round
Seem to suddenly greet me.

With my tired eyes,
The tears ended up flowing,
Without ever stopping
In the small creases, of this wrinkled face.

Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL

Quand tu m’aimes When you love me

…C’est la tempête venue de l’océan,
Qui rend mes longs cheveux fous.
C’est aussi le souffle chaud du vent
Qui vient caresser doucement mes joues.

…C’est le soleil chaud, éclatant
Qui brûle ma peau,
Et la chaleur lourde du temps
Qui me pousse dans les flots.

…Ce sont toutes ces choses également
Qui toujours nous entretiennent
Dans ce subit ébahissement
Jusqu’à ce que le jour revienne.

…C’est ta voix qui doucement s’éteint
Dans un soupir amoureux
Et la caresse de tes mains
Qui donne cet éclat à mes yeux.

…Ce sont les embruns de mer
Qui s’échouent sur notre peau
Réveillant à eux seuls, l’atmosphère,
Dans ces moments intenses et beaux.

When you love me

… It is the storm coming from the ocean,
Who makes my long hair crazy.
It is also the hot wind blowing
Who caresses my cheeks gently.

… It’s the warm sun, shining
Who burns my skin,
And the heavy heat of time
Who drives me into the waves.

… These are all these things also
Who always keep us up
In this sudden astonishment
Until the day comes.

… It’s your voice that gently goes out
In a loving sigh
And the caress of your hands
Who gives this shine to my eyes.

… These are sea spray
Who run aground on our skin
Waking up alone, the atmosphere,
In these intense and beautiful moments.

Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL

Loin des loups Far from wolves

l attente

Le temps a presque tout emporté.
Mes pleurs, mes cris de rage.
Au milieu de tous ces remous,
Plus rien, sauf ton beau visage.

Notre histoire ne tenait pas debout.
Emportée dans cette rafale,
A des milliers de lieux, loin des loups,
Je laisse dans mon sillage, ces quelques pétales.

Je tourne doucement toutes les pages,
Chaque fois que je m’enferme dans cette petite cage.
Je voudrais vivre encore un instant,
Savourez d’autres merveilleux moments.

J’ai perdu ce doux visage,
Au milieu de tous ces gens.
J’ai perdu ma raison, mes bagages,
Dans cet endroit devenu si oppressant.

Je ne suis plus qu’une ombre autour de vous,
Je compte les jours qui passent
Me rapprochant de mes rêves les plus fous,
Ne laissant derrière moi, que ces quelques traces.

Far from wolves

Time has almost all carried.
My tears, my cries of rage.
In the midst of all these eddies,
Nothing, except your beautiful face.

Our history did not stand up.
Carried away in this burst,
At thousands of places, far from the wolves,
I leave in my wake, these few petals.

I gently turn all the pages,
Every time I lock myself in this little cage.
I would like to live for a moment,
Enjoy other wonderful moments.

I lost that sweet face,
In the midst of all these people.
I lost my reason, my luggage,
In this place became so oppressive.

I am only a shadow around you,
I count the days that pass
Bringing me closer to my wildest dreams,
Leaving behind me only these few traces.

Gys

TOUS DROITS RESERVES – ALL RIGHTS RESERVED

Je ne suis plus sa priorité I am no longer his priority

de-lautre-cote-de-locean

Avec cette guitare désaccordée
Les notes n’ont plus cette douce sonorité.
Je n’ai plus cette envie de jouer,
Mais sur autre chose me projeter.

Les mots sont oubliés,
Les images ont remplacé,
En laissant un goût d’inachevé,
Dans mon cœur frustré.

Ma vie est une guitare désaccordée.
Je n’ai plus la priorité,
Peu de temps m’est accordé,
Pour pouvoir parfois parler.

Son chemin a dévié,
Sur les réseaux s’est éveillé,
Laissant une âme mortifiée,
Un être maintenant esseulé.

La vie offre d’autres possibilités,
Sans avoir besoin de se sacrifier,
Pour ceux qui semblent vous ignorer,
Et restent dans des mensonges éhontés.

I am no longer his priority

With this guitar out of tune
The notes no longer have this soft sound.
I no longer have this desire to play,
But on other things I plan.

Words are forgotten,
Images have replaced,
By leaving a taste of unfinished,
In my heart frustrated.

My life is a guitar out of tune.
I no longer have the priority,
Little time is granted to me,
To be able to speak sometimes.

His path has deviated,
On the networks awoke,
Leaving a soul mortified,
A being now isolated.

Life offers other possibilities,
Without having to sacrifice oneself,
For those who seem to ignore you,
And remain in shameless lies.

Gys

TOUS DROITS RESERVES – ALL RIGHTS RESERVED