A l’époque de mes fous rire At the time of my laughter

Poème à lire et/ou à écouter
A Poem To read and/or listen

English version after French version

Je me revois quelques années en arrière
J’étais frêle mais passais agilement la barrière…
« Vers le cheval bai je cours
Mes longs cheveux bruns au vent semblent moins lourds.
Ils ondulent, volent doucement
Battant mes épaules allègrement.

En me voyant arriver
Ses oreilles ont pointé.
J’avance la main,
Je le caresse, m’accroche à son crin.
Je tente de grimper sur son dos
Bien qu’il soit trop haut.

J’adore ce cheval !
Avec lui j’ai envie de partir en cavale.
Je m’accroche à son encolure
Me laissant balancer, emportée par son allure.
Mes pieds ne touchent plus le sol,
Je ferme les yeux et prend mon envol.

Endolorie, fatiguée,
Au sol je me laisse rouler.
Je disparais dans les hautes herbes, le visage tourné vers le ciel
Les papillons dans leur ballet m’émerveillent.
Le soleil est haut
Il fait très chaud. »

N’efface pas ce merveilleux souvenir
C’était l’époque de mes fous rires.
Entre ses sabots j’aimais venir rêver
Sous le souffle de ses naseaux je pouvais frissonner.
C’était un bel été
Les herbes folles sur mon visage semblaient danser.

Oui ! Danser !
Dans ce pré, courir et virevolter
Faire des bonds, des sauts,
Accompagnée par le bruit des sabots,
Nos crinières volant au vent.
Quels merveilleux moments !

At the time of my laughter

I remember a few years back
I was frail but nimbly passed the barrier…
« Towards the bay horse I run
My long brown hair flying seems less heavy.
They undulate, fly gently
Beating blithely my shoulders.

Seeing me arrive
Its ears were pointed.
I bring forward the hand
I caress hooking to its hair.
I try to climb on its back
Although it is too high.

I love this horse!
With it I want to go on the run.
I hook to its neck
Leaving me swing, carried away by its pace.
My feet are off the ground,
I close my eyes and take off.

Sore, tired,
On ground I let myself ride.
I disappear into the tall grass, the face turned to the sky
The butterflies in their ballet amaze me.
The sun is high
It’s very hot. « 

Do not delete this wonderful memory
It was the time of my laughter.
Between its hoofs I loved coming to dream
Under the breath of its nostrils I could shudder.
It was a beautiful summer
Weeds on my face seemed to dance.

Yes! Dancing!
In this meadow, run and twirl
Make leaps, jumps,
Accompanied by the sound of hoofs,
Our manes flying in the wind.
What a wonderful time!

Gys

Licence Creative Commons est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France

Publicités

15 réflexions sur “A l’époque de mes fous rire At the time of my laughter

  1. Bonjour GYSLAINE ou est-elle notre jeunesse , mais on oublie pas ces moments si précieux

    Que ta journée et ta nuit soit faite de bonheur
    D’amitié , de joie , de bonne humeur
    Que le soleil luise dans ta demeure
    Que celle-ci soit pleine de douceur

    Et pour ce soir
    Que ta nuit soit éclairée de mille couleurs
    Par une pluie d’étoiles filantes
    Que tes rêves te transportent
    Dans un monde fait de merveilles où règne la tendresse
    Je passe donc te souhaiter une bonne journée et d’une douce nuit
    Bisous d’amitié

    Bernard

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s