Doucement il me tue Slowly he kills me

La lune ne parvient pas à percer ces nuages noirs,
J’avance depuis longtemps dans cet épais brouillard.
Ici c’est le crépuscule, il n’y a plus de clair de lune.
Je marche à tâtons dans le noir devant mon infortune.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Dans mon cœur, mon esprit tout reste flou.
Comment supporter encore tous ces abus ?
A petit feu, il me tue.

L’ombre est derrière, l’ombre est devant ;
J’aimerai revoir le soleil levant.
Apercevoir la lumière, ne plus être jamais déçue
Mais à quoi bon, puisqu’il me tue.

J’ai vu sur la mer voler des mouettes effrayées
Leurs cris stridents lancés, semblent désespérés.
Le naufrage me guette un peu plus pressant
Le vent me dit : demain ce ne sera pas différent.

Comme le fouet qui claque dans l’air,
Les silences font mal, il exagère.
Voilà, je crois que le moment est venu,
Avant que doucement, il me tue.

Derrière ces nuages noirs où des étoiles continuent de briller
Dans les cœurs brisés, les nuits sont tombées.
Où Dieu trouve-t-il tout ce noir dont il me revêt ?
Je n’ai plus ta main pour parvenir au sommet.

Slowly he kills me

The moon does not manage to pierce the black clouds,
I go long in this thick fog.
Here it is twilight, there is no moonlight.
I walk in the dark in front of my misfortune.

I do not know when, I do not know where,
My heart, my mind all remains unclear.
How still endure all this abuse?
A small fire, he kills me.

The shadow is behind the shadow is in front;
I would like to see the sunrise.
See the light, not be never disappointed
But why, since he kills me.

I saw sea gulls flying frightened
Their screeching started, seem desperate.
The sinking watching me a little more pressing
The wind said to me, tomorrow will be no different.

As the whip slamming into the air,
The silences hurt, he exaggerates.
That, I believe the time has come,
Before gently, he kills me.

Behind these black clouds where stars continue to shine
In the broken hearts, the nights have fallen.
Where God is there all black he is of me?
I do not have your hand to reach the top.

Gys

TOUS DROITS RESERVES – ALL RIGHTS RESERVED

A propos Gyslaine LE GAL

Née le 28 juin 1956 à Nantes, écrivain Française, bien que toutes mes poésies soient également traduites en Anglais. Diplômée d’un lycée d’études secondaires j’ai exercé une carrière commerciale pour finir assistante de gestion. Réduite à l'inactivité après un accident, mon premier poème a vu le jour en 2006. Je fais profiter les malvoyants par la diffusion de ces derniers en audio, dans les deux langues sur sa chaîne YouTube http://www.youtube.com/c/GyslaineL Born June 28, 1956 in Nantes, French writer, although all my poems are also translated into English. A graduate of a high school high school I had a business career, finally managing assistant. Reduced to inactivity after an accident, my first poem was born in 2006. I do enjoy the visually impaired through the dissemination of these audio in both languages on my YouTube http://www.youtube.com chain / c / GyslaineL
Cet article, publié dans French love poem with english translation, Poème d'amour Français traduit en Anglais, poèmes d'amour, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Doucement il me tue Slowly he kills me

  1. Brahim dit :

    J’aime beaucoup « je ne sais plus quand, je ne sais plus où » : cela me fait penser à « Maître Yvon soufflant dans son biniou ». Merci, chère amie, pour ce fabuleux partage !

    Aimé par 1 personne

  2. charef dit :

    Trop triste Gys. Le noir domine. Je digère mal ma lecture. Boussa

    Aimé par 1 personne

  3. Heartafire dit :

    Such a beautifully poignant poem Gylaine. Beautifully spoken.

    Aimé par 1 personne

    • Gyslaine L. dit :

      Holly thank you! You are the only one to say this, because there is a French reader who told me that my pronunciation and my focus was really bad. I replied politely that he had to understand that it was a French speaking English (laugh)😉

      J'aime

  4. Oh wow, delicious despair, Gys. Thank you for sharing your great talent.

    Aimé par 1 personne

  5. colettedc dit :

    J’apprécie beaucoup ce texte Gyslaine et son accompagnement d’une superbe photo qui, en elle-même, traduit ces mots ! Bonne et belle fin de ce jour ! Amitiés♥

    Aimé par 1 personne

  6. C’est aussi cela la vie, hélas…Très triste, mais bien réelle votre poésie Gyslaine.
    Bon 15 Août à vous !🙂

    Aimé par 1 personne

  7. voulaah dit :

    très joli poème
    merci pour le partage
    Bisous

    Aimé par 1 personne

  8. Anonyme dit :

    Parfois les nuages entrent dans nos vies et mettent des voiles noir, des voiles qui voilent la douleur et la noirceur, que l’on voudrait voir s’effacer, mais tout reste à jamais gravé !! Bien triste, mais la tristesse est en quelque sorte, la ligne des poètes ..

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s