Mon amour vogue sur le sommet des vagues My love sails on the top of the waves

 

Je suis seule assise près des flots, par une douce nuit étoilée.
Aucun nuage dans ce ciel, si ce n’est son visage magnifié.
Mes yeux scrutent un point à l’horizon, plus loin que ce monde réel
Attendant le retour de cet être adoré, chéri, de cet amour éternel.

Sous ces étoiles d’or où je reste tournée vers l’infini,
A voix haute, à voix basse, je psalmodie,
Devant ces flots bleus, que rien ne gouverne ni n’arrête
Mon amour vogue sur le sommet des vagues, sur la crête.

Sous ces étoiles d’or où je reste tournée vers l’infini,
Près de toi, je sais qu’un jour je finirais ma vie,
Dans ces flots bleus, le corps léger, alangui,
Je me laisse docilement emporter, vers celui que je chéris.

My love sails on the top of the waves

I am sitting alone near the waves, by a gentle starry night.
No clouds in the sky, if not his face magnified.
My eyes scan a point on the horizon, beyond this real world
Awaiting the return of this being loved, cherished, of this eternal love.

Under these gold stars where I stay focused to infinity,
A loud, low voice, I chant,
Before these blue waves, nothing governs or stop
My love sails on the top of the waves, on the ridge.

Under these gold stars where I stay turned to infinity,
Near you, I know that one day I would end my life,
In these blue waves, The lightweight body, languid,
I docilely let me go, to whom I cherish.

Gys

TOUS DROITS RESERVES – ALL RIGHTS RESERVED

Publicités

10 réflexions sur “Mon amour vogue sur le sommet des vagues My love sails on the top of the waves

  1. Tu n’es pas seule, Gys : tous ceux qui t’aiment sont en ta compagnie et lèvent leurs mains et leurs yeux vers le ciel, pour que celui qui est là-haut exauce tes voeux ! Là où il est, celui que tu veux rejoindre doit être content de te retrouver. Merci, chère amie, pour cet émouvant partage !

    Aimé par 2 people

  2. Je commence à m’habituer avec le temps à la longévité de cet amour qui ressurgit à chacun de tes écrits. Un jour chez toi, c’est l’éternité. Difficile de s’en défaire. Mieux vaut en rire. Je suis déjà un vieux fan de ta poésie. Je vieillis mais ta poésie reste jeune. Je commence à m’essouffler. Riiiiiiiiire parce que ce n’est pas vrai; Boussa Gys.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s