Publié dans Livre : Roman

Romans : Les cris se sont tus – Elle a tué l’homme que j’étais

Histoires vraies : Dans la série Victimologie – mémoire traumatique

Les cris se sont tus : http://www.thebookedition.com/fr/les-cris-se-sont-tus-p-351459.html

Les cris … Rien ne l’avait préparé à cette soudaine et implacable solitude. Transie d’effroi, terrassée par l’angoisse, Laina tente désespérément de trouver des réponses aux questions qui la taraudent nuit et jour. Elle est prête à tout entendre, pourvu qu’on lui dise enfin, pourquoi cet inconnu lui a pris sa vie. Dans ses cauchemars, son imagination lui inflige les scénarios les plus sordides…
Un de ces merveilleux matin de printemps, Laina patiente comme à l’accoutumée devant le portail. Ne voyant pas arriver son amie, elle s’enquière auprès de la famille des raisons de ce retard et apprend que Myriam est alitée avec une forte fièvre…

… Dépitée, Laina enfourche sa bicyclette et prend donc seule le chemin de l’école. Elle roule tranquillement, désappointée de ne pas entendre les drôleries habituelles. Myriam lui manque. Elle trouve le chemin bien long. Elle se faisait une joie de lui montrer sa toute nouvelle jupe plissée et ses souliers vernis noirs. Le soleil est encore faible en cette matinée et Laina frissonne.

Dans cette première partie du village, les maisons sont regroupées. Elles ont toutes plus ou moins un air de ressemblance avec leurs petits jardinets à peine fleuris en ce début de saison. Sur la petite place, pas très loin de chez sa grand-mère, il y a un puit où chaque matin une vieille femme vient soutirer de l’eau. Ce matin, elle est là, fidèle à son habitude. Un chat blanc se frotte ostensiblement contre ses jambes semblant quémander quelques caresses. Cette image fait sourire Laina.

Après avoir franchi la voie ferrée, les maisons se font de plus en plus rares. Quelques centaines de mètres plus loin, sur sa droite, elle commence à apercevoir les murs du cimetière. De l’autre côté, il y a juste une grande maison à étage aux volets encore clos, et juste après, un grand terrain en friche, envahi par les arbres, les ronciers.
Plus elle approche de ce lieu, plus la sensation de malaise intérieur s’empare d’elle. Elle a soudain la sensation de n’être plus seule sur cette route déserte. Instinctivement, comme muée par une force intérieure, elle accélère l’allure. Une peur panique qu’elle ne s’explique pas s’empare d’elle….

Témoignage d’une lectriceIci encore, une histoire émouvante voire poignante qui m’a amené les larmes aux yeux.
L’auteure décrit bien le chemin parcouru par cette jeune fille et la force de caractère que cette dure épreuve a développé chez elle.
En repensant à ce roman, il m’arrive parfois de me demander ce qui est advenu d’elle… Une suite m’aurait bien plu…

Livre disponible en Ebook ici : https://www.amazon.fr/Gyslaine-LE-GAL/e/B071Z7X5XF/ref=ntt_dp_epwbk_0

Elle a tué l’homme que j’étais : https://www.thebookedition.com/fr/elle-a-tue-l-homme-que-j-etais-p-352376.html

Elle a tué l'homme que j'étais 2 … Lorsqu’il arrive enfin, elle a l’agréable surprise de trouver en face d’elle un homme divinement bien habillé. Tout est coordonné et d’une ligne irréprochable. Les cheveux que les coups de rasoir ont épargnés ont été coiffés et ramenés en arrière donnant une meilleure allure à l’ensemble. Il pourrait être presque beau. Beau n’est pas le terme pense Laura, il a du charme et tout est dans son sourire et son regard. Il en est presque troublant.
— Vous rêvez Laura ? S’inquiète gentiment Nel la voyant perdue dans ses pensées.
— Oh ! Pardon ! Oui j’étais ailleurs ! S’esclaffe-t-elle. Voulez-vous que nous reprenions l’enregistrement de votre histoire Nel ?
— Oui autant en finir ! Et honnêtement plus je vous parle, mieux je me sens. J’ai la sensation de me libérer d’un poids énorme ! Cela me fait du bien de me confier !
Laura lui a souri. Elle sort son ordinateur et copie le contenu de son enregistreur dessus. Elle s’assoit dans le canapé et d’un regard invite Nel à venir la rejoindre. Il s’installe près d’elle, allonge ses longues jambes et attend son signal. Elle se penche vers son enregistreur qu’elle a posé sur la table basse et enclenche l’enregistrement.
— C’est parti ! Dit-elle. Nous en étions restés au moment où vous lui aviez suggéré le divorce.
— Oui c’est cela ! Donc elle a refusé et avec tous les arguments qu’elle m’a cité j’ai dû admettre qu’elle avait en partie raison. Quand je suis parti au travail, j’étais complètement désabusé. Je n’en pouvais plus d’elle et tout l’amour qui m’avait fait rester avec elle s’était complètement éteint. Je ne voulais plus la voir, la supporter, l’entendre. Il me fallait reprendre cette liberté qui m’était interdite depuis si longtemps…
Nel observe le silence qui s’éternise. Laura pressent qu’il a des blessures très profondes dont il ne peut encore parler. Avec délicatesse elle l’invite à continuer.
— Quand je suis arrivé à l’hôpital, je n’ai pas pu réfléchir. J’avais plein de rendez-vous. La journée a été épuisante et j’avais beaucoup de mal ce jour-là à me concentrer sur mes patients. J’avais souvent l’esprit ailleurs. Aussi le soir, au lieu de partir dès mon dernier rendez-vous, je suis resté enfermé dans mon bureau. J’avais besoin de réfléchir, de mettre les bons mots sur mes actions passées, sur mes souffrances… Ma première interrogation a été de savoir pourquoi j’avais enduré toutes ces brimades et violences sans réagir ? Ma réponse était encore la même. Parce que j’avais fait preuve de faiblesse, de déni face à cette réalité. Je ne voulais pas voir ce qui crevait les yeux…
— Qu’est-ce qui crevait les yeux ? Demanda Laura…

Témoignage d’une lectrice :Une histoire à peine pensable. Jamais je n’aurai pu imaginer qu’un homme puisse être la victime d’une femme. Je savais que cela existait bien sûr mais là on se demande comment il peut rester ainsi et subir.
Une histoire finement racontée qui m’a laissée en haleine jusqu’à la fin. J’ai tout simplement adoré.

Livre disponible en Ebook ici : https://www.amazon.fr/Gyslaine-LE-GAL/e/B071Z7X5XF/ref=ntt_dp_epwbk_0

Auteur :

Née en 1956 à Nantes, l’auteure qui a débuté par des poèmes d’amour traduits en Anglais, continue sur sa lancée en publiant dès 2017 des romans inspirés d’histoires vraies. Vous pouvez retrouver l’auteure sur : https://www.facebook.com/gyslainelegal/ Sans oublier ses vidéos sur : https://www.youtube.com/user/Lgyslaine

5 commentaires sur « Romans : Les cris se sont tus – Elle a tué l’homme que j’étais »

  1. J’ai fini de lire « les cris se sont tus ».
    Un livre qui m’a profondément touchée, voire émue jusqu’aux larmes. Beaucoup de femmes se reconnaitront ici dans ce personnage qu’incarne Laina. Personnage très attachant et émouvant!
    L’auteure a su manier les mots avec simplicité et dénoncer de manière percutante toute la violence de « l’abus » et les maux qui enferment à jamais dans le silence, l’isolement et le non- dit.
    Encore Bravo !!! ☺

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s