Archives de tags | The life

Jusqu’à l’épuisement Until exhaustion

J’ai marché jusqu’à l’épuisement,
Sur ce chemin désert,
Pour oublier les tourments,
De cette décision amère,

Sans pour autant chasser
Cette terrible, difficile douleur,
De ce poids trop dur à porter,
Pour celui qui reste dans mon cœur.

Etait-ce trop demandé
Que de m’accorder un peu de temps ?
De pouvoir encore partager
Tous ces tendres instants ?

Il est resté sourd,
A toutes mes sollicitations,
Alors que son amour
Est sincère, sans l’ombre d’une hésitation.

Pourquoi n’ai-je pu m’habituer
A ce qui ressemble à de l’indifférence ?
Je n’ai pas pu supporter,
Ses absences, ses silences.

Je ne voulais pas le changer,
Juste qu’il reste l’homme que j’aimais,
Et qu’il puisse seulement apporter,
Un intérêt à ce que je demandais.

Coutumes, éducation,
Créés souvent les différences,
Interférant dans la réalisation,
De nos rêves, de nos espérances.

Je crois malgré tout en lui,
Il est et reste ma vie.

Until exhaustion

I walked to exhaustion,
On this deserted road,
To forget the torments,
From this bitter decision,

Without to hunt
This terrible, difficult pain,
From this weight too hard to bear,
For the one who remains in my heart.

Was it too much asked
What to give me a little time?
To be able to share
All those tender moments?

He remained deaf,
To all my solicitations,
While his love
Is sincere, without the shadow of a hesitation.

Why could not I get used to
To what looks like indifference?
I could not bear,
His absences, his silences.

I did not want to change him,
Just that he remains the man I loved,
And that he can only bring,
An interest in what I was asking.

Customs, education,
Often created differences,
Interfering in the embodiment,
Of our dreams, of our hopes.

I still believe in him,
He is and remains my life.

Gys

Copyright© 2017 Gyslaine LE GAL

Publicités

Mélancolie Melancholy

Dans le souffle d une caresse

Même si le ciel est gris,
Que les gouttes de pluie,
S’accrochent à mes cheveux,
J’ai connu des moments merveilleux,

Où l’amour rythmait mes jours,
Où les dialogues comblaient ma solitude,
Où la tendresse était là pour
Chasser toutes mes inquiétudes.

Aujourd’hui le ciel reste gris,
L’amour sombre dans la mélancolie,
La fraîcheur enveloppe mon corps endolori,
Mais à la vie, je souris.

Melancholy

Even if the sky is gray,
That the raindrops,
Clinging to my hair,
I have experienced wonderful moments,

Where love rhymes my days,
Where the dialogues filled my loneliness,
Where tenderness was there for
Hunt all my worries.

Today the sky remains gray,
Dark love in melancholy,
The freshness envelops my sore body,
But to life, I smile.

Gys

Copyright© 2017 Gyslaine LE GAL

Homme battu Maintenant disponible Man beaten Now available

L’auteure nous dévoile dans cette histoire vraie, la vie d’un homme martyrisé par sa femme depuis des années, qui subit et se mure dans le silence, par dépit, désespoir et surtout par honte.
(Disponible en version papier et PDF : (https://www.thebookedition.com/fr/elle-a-tue-l-homme-que-j-etais-p-352376.html)

Pour les versions Ebook de mes livres cliquer sur la page sous le bandeau d’accueil appelé (Ebook)

…Nel s’est tu. Il regarde Laura sans la voir. Il est retourné dans ce monde qu’elle n’a pu encore percer. Un monde où le silence n’est plus, où les questions restent trop souvent sans réponses, où la douleur veille, lancinante, épuisante, où les terreurs ne s’endorment jamais…
…Laura attend patiemment qu’il reprenne ses esprits. Elle devine plus qu’elle ne perçoit les combats intérieurs qu’il mène…
… Dans notre vie tout pouvait demeurer calme pendant plusieurs semaines, avant que l’enfer ne se déchaîne de nouveau…
… Pardon Laura mais j’ai besoin de ce contact pour poursuivre. Besoin de savoir que je suis encore vivant, que je suis sorti de ce cauchemar…

drapeau-anglais
The author reveals in this true story the life of a man martyred by his wife for years, who suffers and murses in silence, out of spite, despair and above all from shame.

… Nel is silent. He looks at Laura without seeing her. He has returned to this world which he has not yet been able to penetrate. A world where silence is no more, where questions remain too often unanswered, where the pain wakens, throbbing, exhausting, where terrors never fall asleep …
… Laura waits patiently for him to regain his spirits. She guesses more than she perceives the internal fighting that leads …
… In our life everything could remain calm for several weeks, before the hell breaks again …
… Pardon Laura but I need this contact to continue. Need to know that I am still alive, that I came out of this nightmare …

Couverture elle a tué

Un ange, sur moi, veille An angel, watches over me

Lorsque le vent s’enroule sur les toits
Qu’il siffle dans les aiguilles des sapins,
Tous ces bruits qui m’arrivent du lointain,
Me ravissent chaque fois.

Enveloppée de toutes ces innombrables senteurs,
Je me laisse emportée par ce brutal courant,
Et tout en marchant,
Je savoure ces instants de bonheur,

Dans la douceur naissante de tous mes rêves.
Je fais face aux émotions et m’émerveille,
D’avoir cet ange, qui sur moi, veille,
Laissant mes maux sur la grève.

Le vent siffle dans les aiguilles des sapins,
Et me chante cette douce mélodie,
Soulageant mon cœur meurtrit,
Par de douloureux chagrins.

Un ange, sur moi, veille !
Je le sens à chaque instant,
Je le touche aveuglément,
Dans ces instants où je sommeille.

An angel, watches over me

When the wind winds up on the roofs
Let him whistle in the needles of the firs,
All these noises that come to me from the distance,
Enjoy me every time.

Wrapped up in all these innumerable fragrances,
I am carried away by this brutal current,
And while walking,
I savor these moments of happiness,

In the sweetness of all my dreams.
I face emotions and amaze myself,
To have this angel, who on me, watches,
Leaving my ills on the beach.

The wind whistles in the pine needles,
And sing me this sweet melody,
Relieving my heart bruises,
Through painful grief.

An angel watches over me!
I feel it every moment,
I touch him blindly,
In those moments when I sleep.

Gys
© 2017 Gyslaine LE GAL

Mes poèmes sur My poems on :
http://www.thebookedition.com/fr/doux-abandon-sweet-abandon-p-350050.html
http://livre.fnac.com/a9875435/Gyslaine-Le-Gal-Dans-les-tourmentes-de-l-amour
http://livre.fnac.com/a10030468/Gyslaine-Le-Gal-Voile-d-ambre

Un monde qui m’appartient A world that belongs to me

Dans ce monde qui m’appartient,
L’espace dont j’ai besoin,
Un endroit dépouillé selon mon choix
Sans m’isoler totalement, trop loin de toi.

Dans ce lieu emplit de quiétude,
Je laisse libre cours aux mots,
Je glisse doucement dans cette hébétude,
Portée par la chaleur de tes mots.

Et si tu n’existais pas,
Dans mon cœur, je t’inventerais.
Si tu ne m’aimais pas,
Je crois que j’en pleurerais.

Dans ce monde qui m’appartient,
J’ai ouvert la porte sur cette sensibilité,
Pour que toutes les prochaines fois,
S’éveille en toi, cette douce, étonnante sensualité.

A world that belongs to me

In this world that belongs to me,
The space I need,
A place stripped by my choice
Without isolating myself completely, too far from you.

In this place filled with tranquility,
I give free rein to words,
I glide gently into this stupor,
Worn by the warmth of your words.

And if you did not exist,
In my heart, I would invent you.
If you did not love me,
I think I’d cry.

In this world that belongs to me,
I opened the door to this sensitivity,
For that all the next times,
Wakes up in you, this sweet, amazing sensuality.

Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL

Avec le jour qui se lève With the rising day

Maintenant que le jour se lève,
Je perçois le chant des merles,
Un autre jour pour mes rêves,
Les larmes dans mes yeux, perlent.

Et les avions quittent l’aéroport,
S’élancent dans le ciel obscurcit
Ballotés par des vents très forts
Baignés par la pluie.

Aujourd’hui, mon passé s’endort,
Et je me sens doucement vieillir.
Pour toi je garde ce souffle très fort,
Pour lutter et ne pas partir.

Encore un jour qui se lève,
Ici, où tout est étrangement immobile,
Ma vie marque soudain une trêve
Pour ces mots d’amour, malhabiles.

With the rising day

Now the rising day,
I perceive the singing of blackbirds,
Another day for my dreams
The tears in my eyes, bead.

And the planes leave the airport,
Rush into the sky darkens
Swayed by very strong winds
Bathed in the rain.

Today, my past falls asleep,
And I feel gently getting old.
For you I keep this breath very strong,
To fight and not leave.

Again one the rising day
Here, where everything is strangely motionless,
My life suddenly marks a truce
For these words of love, clumsy.

Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL

Tout est comme avant Everything is as before

Tout est comme avant.
Deux cœurs, des sentiments,
Qui s’associent allègrement,
Sans crainte des tourments.

Il est vrai pourtant,
Face à l’océan,
Que manque le temps,
A nos beaux moments.

Quand reviendra l’instant,
Pour ces tendres amants ?
Quel est ce chant
Qui nous ravira vraiment ?

Tout est comme avant.
Je suis ; Je t’attends.
Je vieillis très doucement,
Ton amour me réconfortant.

Everything is as before

Everything is as before.
Two hearts, feelings,
Who associate cheerfully,
Without fear of torment.

It is true, however,
Facing the ocean,
What is missing time,
At our beautiful moments.

When the moment comes,
For these tender lovers?
What is this song,
Who will really delight us?

Everything is as before.
I am ; I am waiting for you.
I age very gently,
Your love comforting me.

Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL

En ce monde mystérieux In this mysterious world

En ce monde mystérieux 2

Là, sous les nuages,
Les cheveux au vent
Je rêve et envisage
D’autres agréables moments.

Là, sous les étoiles,
Avec le cœur battant
J’écarte le voile
Pour écouter ce chant.

Là, dans mes silences,
Dans ces moments heureux,
Je sens ta présence
En ce monde mystérieux.

Là, sous l’ombre naissante,
Reviennent mes tendres souvenirs,
Ces mots qui chantent
Au détour d’un sourire.

Là, sur la plage,
Marchant sur la grève,
Je vois ton visage,
Comme dans mes rêves.

In this mysterious world

There, under the clouds,
Hair in the wind
I dream and consider
Other pleasant moments.

There, under the stars,
With the beating heart
I dismiss the veil
To listen to this song.

There, in my silences,
In these happy moments,
I feel your presence
In this mysterious world.

There, under the incipient shadow,
Come back my tender memories,
These words that sing
At the turn of a smile.

There, on the beach,
Walking on the beach,
I see your face,
Like in my dreams.
Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL

Je t’ai ouvert mon cœur I opened to you my heart

Je me suis assise bien tranquillement
Et j’ai contemplé la mer
Laissant enfin tomber doucement
Le voile de ma précédente misère.

Hormis le bruit des vagues échouées,
S’écrasant d’un rythme régulier sur la plage,
Rien ne vient troubler,
Cet horizon chargé d’un heureux présage.

C’est ici que j’ai soulagé mes peines,
Tourné le dos à mon passé,
Ouvert mon cœur à celui que j’aime,
Et oublié ceux qui m’ont bafouée.

Je me suis assise bien tranquillement
Me suis imprégnée de cette atmosphère
Heureuse dans cet épanouissement
Que cet amour me confère.

I opened to you my heart

I sat very quietly
And I contemplated the sea
Finally letting fall
The veil of my previous misery.

Aside from the sound of waves stranded,
Crashing a steady rhythm on the beach,
Nothing comes to disturb,
This horizon loaded with a happy omen.

It is here that I have relieved my sorrows,
Turned back to my past,
Open my heart to the one I love,
And forgotten those who flouted me.

I sat very quietly
I am imbued with this atmosphere
Happy in this fulfillment
May this love gives me.

Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL

Je parle d’amour allègrement I speak of love cheerfully

Dans ces premiers jours de printemps,
Dans ces paysages que j’aime tant,
Je parle d’amour allègrement,
Et laisse libre cours à mes sentiments.

Où dans cet espace infiniment grand,
Baignée par la lueur de ce soleil ardent,
Je laisse aux souvenirs, chaque instant,
De ma vie, de cet instant présent.

Jusqu’à sentir ce doux frémissement,
Qui s’empare de moi complètement,
Jusqu’à serrer mes bâtons fortement,
Pour ne pas quitter la réalité du moment.

Si un jour je cessais de penser à toi,
C’est que j’aurais quitté cette terre,
Pour préparer là-haut, notre nouveau toit,
Où nous abriterons, notre amour et nos prières.

I speak of love cheerfully

In those early days of spring,
In these landscapes that I love so much,
I speak of love cheerfully,
And give free rein to my feelings.

Where in this infinitely large space,
Bathed by the glow of this burning sun,
I leave to memories, every moment,
Of my life, this moment.

Until to feel this gentle shudder,
Who takes hold of me completely,
Tightening my sticks tightly,
Not to leave the reality of the moment.

If one day I stopped thinking about you,
It is because I should have left this land,
To prepare up there, our new roof,
Where we will shelter, our love and our prayers.

Gys

© 2017 Gyslaine LE GAL